Thibault Habouzit enchaîne les podiums



Depuis trois ans, Thibault Habouzit n'en finit plus de monter sur les podiums scratch au volant de sa Renault Clio Wiliams A7.

Auteur de deux victoires au rallye de la Haute Vallée de la Loire l’an passé et au Pays Gentiane cette saison, le jeune pilote auvergnat avait également décroché une victoire de classe et un top 10 lors de la dernière finale de Coupe de France des Rallyes.

Au lendemain de sa troisième place au rallye du Forez derrière les WRC de David Salanon et Jean-Marie Cuoq, Thibault nous répond pour faire un point sur sa carrière.

Carte d’identité

  • Nom : Thibault Habouzit
  • Age : 24 ans
  • Région : Auvergne
  • Copilote(s) : Nicolas Fonlupt et Sandra Fargier
  • Voiture : Renault Clio Williams A7
  • Métier : Mécanicien auto
  • Début en rallye : 2008 en copilote, 2010 en pilote

Bonjour Thibault. Depuis tes débuts en 2010, tu roules avec la même monture, une Renault Clio Wlliams A7. Parle-nous un peu de cette auto qui fait encore rêver de nombreux spectateurs.

La Clio est, pour moi, la voiture idéale au regard de son rapport qualité/prix/perfo/entretien. Depuis que nous sommes entourés par des professionnels comme Julien Petolat (Petolat Moteur) et David Deshors (3D autos), nous avons une voiture fiable et performante. J’ai aussi la chance de pouvoir bénéficier des conseils de Thomas Badel et cela est précieux.

Quel est ton plus beau souvenir avec cette Clio ? Ta première victoire au Haute Vallée de la Loire l’an passé ou plutôt ta victoire en A7 lors de la finale à Samer, également en 2015 ?

Le meilleur souvenir, c’est la première victoire au HVL. Mais la difficulté de la finale à Samer et l’ambiance de cet événement ont aussi rendu le moment fantastique. Des souvenirs que j’apprécie d’autant plus qu’ils sont partagés avec mes parents et ma famille qui m’apportent un soutien sans faille. Sans oublier mon équipe sans qui rien ne serait possible et je leur en suis infiniment reconnaissant.

En tant que fils de Marc Habouzit, président de l’ASA Velay Auvergne, j’imagine que la passion du rallye s’est vite développée chez toi.

Tout petit, j’accompagnais mon père sur les courses de côte. Dès que j’ai eu 16 ans, il m’a fait faire mon premier rallye en copilote, et j’ai alors compris que c’était cette discipline qui me correspondait le mieux.

Lors du dernier rallye du Forez, tu as encore signé un podium scratch en dominant notamment la 306 Maxi de Pascal Clairet. Au départ de l’épreuve, imaginais-tu un tel résultat ?

Non, je n’imaginais pas un tel résultat. Le Forez est un rallye assez piégeux, on savait qu’il fallait avant tout être au bout. Le podium, c’est la cerise sur le gâteau.

L’hiver dernier, tu avais mis ta Clio en vente. Est-ce que ce projet est toujours d’actualité et si tel est le cas, quelle auto pourrait t’-intéresser pour continuer ton parcours en rallye ?

J’avais en effet mis la voiture en vente. Seulement, pour avoir une voiture plus performante, il fallait rajouter beaucoup d’argent. Nous avons finalement décidé de repartir avec la clio, et de se faire plaisir en roulant, de temps en temps, avec une Fiesta R5.

La suite du parcours ? Comme pour beaucoup d’équipages, les finances sont le nerf de la guerre, et la suite dépendra des budgets que nous trouverons cet hiver…

En sept rallyes cette saison, tu as déjà marqué de gros points en vue de la Finale. Une nouvelle participation est elle-prévue cette année ? Quel est ton programme d’ici-là ?

Nous venons de recoller au groupe des qualifiés, la participation à une troisième finale consécutive est effectivement un objectif. Pour l’heure, les prochaines épreuves auxquelles nous participerons sont le rallye de la Haute vallée de la Loire dans dix jours, puis le rallye du Gard la semaine qui suit.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *