La perf’ du week-end : Louis Durand



Pour cette perf’ du week-end, sept épreuves étaient en lice avec un national et six régionaux. Malgré ce vaste programme, notre choix a été évident, tant le très jeune Louis Durand mérite une telle distinction depuis le début d’année.

Photo : Clément Gilbert

Après de multiples victoires de classe en N2, le pilote de la Loire évoluait pour la première fois au volant d’une Citroën C2 R2 le week-end dernier au Montbrisonnais. Sur cette épreuve, Louis a rapidement pris les devants dans sa classe, franchissant la ligne d’arrivée en septième position au scratch.

Suite à ce joli résultat au rallye du Montbrisonnais, nous avons donc voulu en savoir plus sur le parcours de Louis depuis ses débuts en rallye, avant d’aborder ce week-end à succès.

Peux-tu te présenter et nous parler de tes débuts en rallye ?

« Bonjour, tout d’abord merci à vous de nous avoir choisi pour la perf du week-end, c’est top. Je m’appelle Louis Durand, j’ai 19 ans, je suis originaire de la Loire et je suis étudiant en école de commerce.

J’ai d’abord commencé le sport automobile par le karting de l’âge de 11 à 18 ans, où j’ai pu participer au championnat d’Europe et du Monde.

C’est en ce début d’année 2019 que l’on a décidé de faire du rallye, on a donc commencé par le rallye du Baldomérien au mois de Mars au volant d’une 106 N2. On a vraiment passé une année géniale, avec 8 victoires de classes N2 et 2 de groupe N.« 

Pourquoi as-tu choisi de faire du rallye ? 

« J’ai toujours baigné dans le rallye, mon père était lui-même pilote, c’est donc naturellement que l’on a voulu essayer cette discipline. »

Quel était ton objectif au départ de ce rallye du Montbrisonnais ?

« Au départ du Montbrisonnais, nous n’avions pas réellement d’objectif si ce n’est celui d’apprendre un maximum sur le fonctionnement de cette voiture avec laquelle nous n’avions fait aucun essai et qui change beaucoup de notre 106 N2.

La classe était quant à elle relevée avec des concurrents habitués du R2 mais aussi du rallye Montbrisonnais, et nous ne savions pas réellement comment nous positionnés pour ce rallye. »

Dès le 1er jour, et après 3 spéciales avec ta nouvelle voiture, tu es septième au scratch et largement devant ta classe. Étais-tu surpris par cette adaptation ?

« Le premier tour a été top en effet, dès la première spéciale nous réalisons le 6ème temps scratch, 8 secondes devant Christophe Monnin qui a terminé 3ème au scratch l’an passé. Les deux autres spéciales se passent tout aussi bien et nous rentrons donc 7ème du général avec 30 secondes d’avance sur la classe. C’était juste magique de conclure la première journée comme ceci. On n’aurait jamais pensé être reclasser au milieu d’auto comme les R5 ou S2000. »

A l’arrivée, tu tiens ta 7e place au scratch au volant de C2 R2 après une grosse bagarre face à Julien Blanc et Jacques Bourrat. Quel a été ton sentiment à l’arrivée ?

« Après une deuxième journée un peu plus compliquée avec une crevaison notamment, nous gardons notre 7ème place au général et nous remportons la classe R2. J’ai vraiment ressenti sentiment de bonheur. Le plus magique a été de retrouver tout le monde à l’arrivée, la famille et les amis venus nous encourager. »

Pourquoi as-tu choisi cette voiture pour continuer ta jeune carrière ?

« Tout d’abord c’est un super compromis pour passer à un niveau au-dessus après la 106 n2.
Ensuite, La C2 R2 est une vraie voiture « usine » et c’est vrai qu’avec la séquentielle et son châssis très réactif, elle me rappelle vraiment le karting. »

Quel bilan tires-tu de ta première année en compétition ? 

On a passé une super année, hyper enrichissante, on en gardera tous un super souvenir, on est devenu une vraie petite équipe avec les amis qui nous suivent pour l’assistance, je voudrais aussi grâce à cet article les remercier, ils se reconnaîtront, remercier aussi les « Ingés », Kevin mon copilote ainsi que mes parents.

Quelles seront tes ambitions pour la finale ?

« Pour conclure cette superbe année on aurait pas pu rêver mieux que la qualification à la Finale.

C’est vraiment top d’avoir pu se qualifier dès la première année. Ce sera pour nous l’occasion de clôturer l’année en beauté, avec toute l’équipe.

On va essayer de prendre un maximum de plaisir, c’est un rallye long, j’espère que l’on pourra essayer d’aller jouer la bagarre pour les avant-postes, mais finir sera une belle récompense. De plus merci a toutes les personnes qui nous ont apporté leur soutien pour pouvoir y participer dans les meilleures conditions possibles. »

Et pour finir, si tu avais un budget conséquent pour rouler en France, quelle auto et quel programme choisirais-tu ?

« Je choisirais sans hésiter une formule de promotion comme la 208 Cup. Elle se déroule sur de magnifiques manches du championnat de France, avec des pilotes qui vont très vite à l’image de Rossel l’an passé par exemple. Je pense que c’est le meilleur endroit pour prendre un maximum d’expérience. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jeff Boulet dit :

    Effectivement, magnifique perf’ du p’tit Durand ce week end… Une de plus ! Louis parvient à être (très) rapide et fiable et ça, pour une première saison de rallyes, à 19 ans, c’est assez rare ! Depuis une trentaine d’années que j’arpente les spéciales d’Auvergne et des environs, il y a seulement 6 débutants qui – pour moi – ont fait très grosse impression lors de leur première saison : Eric Tuel Chassaigne, Cédric Robert, Frédéric Mallon, Frédéric Bayer, Florent Cellier et… Louis Durand cette saison. Il y en a surement d’autres mais autant dire que pour percer le talent ne suffit pas… Ceci dit, en France, nous avons aussi connu quelques miracles avec des gars qui « venaient de rien » et ont cassé la baraque : Loeb, Bengué, Canivenq, Ogier… Donc : il faut aider les jeunes, par tous les moyens, ils sont l’avenir de notre discipline. Espérons que le petit Louis Durand trouve les appuis nécessaires pour aller aussi haut que son talent le laisse espérer… Bonne route !