Loeb au Dakar : trois participations contrastées



Lundi prochain, Sébastien Loeb va prendre le départ de son quatrième Dakar, toujours au volant d’une Peugeot, mais cette fois à titre privé. De 2016 à 2018, le pilote alsacien a connu des fortunes diverses à chaque édition, entre découverte, bagarre pour la victoire et abandon.

2016 (9e)

Pour sa première participation au Dakar, Sébastien Loeb fait un choix fort en préférant Daniel Elena, néophyte sur cette course, à un copilote spécialiste de rallye-raid.

Au cours de cette édition, le pilote alsacien va connaître deux phases bien distinctes. Sur des pistes rapides dignes du WRC, le français réalise un départ canon, pointant même en tête à la mi-course.

Après la journée de repos, le pilote Peugeot part en tonneau, piégé par une saignée. Reparti avec une heure de retard grâce à une belle partie de mécanique, Sébastien Loeb va connaître une nouvelle étape difficile le lendemain, plantant son auto dans le sable, au grand regret de son copilote Daniel Elena, contraint de batailler dans le sable argentin.

Le pilote Peugeot termine finalement à la neuvième place pour son premier Dakar, à plus de deux heures de Stéphane Peterhansel, vainqueur.

2017 (2e)

Dès le début de course, Sébastien Loeb est lancé dans une énorme bataille face à son coéquipier Stéphane Peterhansel, les deux hommes n’arrivant pas à réellement se départager jusqu’au matin de la dixième étape.

Ce jour-là, Peter réalise la plus grosse différence depuis le départ et s’empare de la tête pour cinq minutes face à l’alsacien. Le lendemain, lors de l’avant-dernière étape, le nonuple champion du monde de WRC s’arrache pour revenir sur son coéquipier mais une crevaison va le contraindre à baisser pavillon.

A l’arrivée, il s’incline finalement pour seulement cinq minutes face à « Peter », vainqueur de son septième succès au Dakar en catégorie autos.

2018 (Abandon)

Prometteur en 2016, candidat à la victoire en 2017, Sébastien Loeb va connaître sa plus grosse déception au Dakar en 2018. Sur un terrain sablonneux d’entrée, le français réalise pourtant un début de course idéal, non loin de Stéphane Peterhansel, alors leader.

Dès la cinquième étape et alors que la Bolivie et ses terrains rapides se profilent, l’alsacien commet une petite faute, lourde de conséquences, plantant sa 3008 DKR entre deux petites dunes. Blessé dans cette mésaventure, Daniel Elena ne peut poursuivre cette épreuve et les deux hommes doivent renoncer.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. alfred dit :

    qu’est ce que Loeb fait causer déjà 58 commentaires et l’autre article 75
    j’adore ;-)))

    j’aime les querelles entre les pro et anti Loeb c’est marrant à lire
    Dommage que le disque soit rayé on lit toujours la même chose

    Allez Loeb

  2. DENIS dit :

    Amusant le débat pro et anti quoiqu’un peu stérile!! Cela dit il faut quand même avoir le QI d’une huître pour remettre en question l’ exceptionnel talent de S Loeb, sur ce je vous en prie continuez a nous faire rire 🙂

    • Fab dit :

      Je vois plutôt la confrontation entre des passionnés lucides et réalistes face à des aigris condescendants.

      Et dès qu’il y a 2/3 arguments sur la table, y a plus grand chose qui sort, à part des remarques méprisantes, la défense caractéristique des mecs qui ont pas grand chose d’autres à dire.

      Bref, Loeb, on l’aime ou on l’aime pas mais il était et est toujours très (trop? 😀 ) fort. C’est comme ça, même si ça fait très mal au c… à certains, sans vraiment qu’on sache pourquoi. Complexe d’infériorité?

    • David dit :

      Exactement certains qui discute ici ont sûrement plus de talent que loeb faut pas le dénigrer mais pas en terme de pilotage mdr!

  3. Rouge dit :

    Ce qui serais fabuleux….C est que Sébastien Loeb face le Dakar avec un gilet jaune …sur les épaules…afin de montrer le soutien de ses nombreux français….expatrié en suisse….qui soutienne le pauvre contribuable français qui crève la dalle….

    • VIALLE dit :

      Merci de laisser la politique en dehors du sport !
      Si le Dakar est la c’est aussi un moyen de se dépayser et d’oublier un peu le quotidien !
      Le mouvement gilet jaune na rien à faire ici …

  4. rh74 dit :

    J’avais sorti un pavé mais visiblement il ne sera pas publié…
    Des exemples de pilotes de rallye qui se sont illustrés en circuit il y en a et se sont tous des français bizarrement.
    Je pense à Gérard Larrousse, JC Andruet, Bernard Darniche qui sont à mes yeux des grands messieurs.
    Quant aux pilotes qui ont fait autre chose après le WRC (en dehors du circuit) là c’est plus facile. Des Sainz, Solberg, Vatanen ont également brillé que ça soit au Dakar, Pikes Peak ou rallycross.
    Dans le reste de mon commentaire j’essayais de montrer que l’après 2012 était plus mitigé pour Loeb mais la modération en a décidé autrement 🙂

    • Néo dit :

      N’oublions pas Vic Elford, pilote de rallye et vainqueur du Monte Carlo 1968, qui a fait ensuite une grande carrière en endurance : il est même allé en F1.

    • bazire dit :

      Excuse-moi mais y’a bien mieux que Darniche comme référence ….., Saby, beguin, Sarazin , Ragnotti , Fréquelin , Thérier , etc……c’est surtout dans les années 70/80 ou les pilotes étaient polyvalent ou ont voyaient des Beltoise ,Consten ou Bianchi faire du rallye avec le tour de France auto qui mixer spéciales et circuits …..

  5. RallyePlaisir dit :

    C’est curieux, pour les très grands pilotes Loeb est le plus grand. Pour d’autres ici, il n’a rien fait. Le plus fort c’est que quand je dis à ces pilotes qu’il y en a qui écrivent de si mauvaises choses sur Loeb, et surtout et peut-être seulement en France, ils restent interloqués. Mais il est vrai que l’important est ailleurs.

  6. Jeff Boulet dit :

    Avoir des avis contraires est très enrichissant. Mais il faut argumenter. Alors ok Raphael, je vais tenter de réviser un peu mon Monté Carlo. Voilà ce qu’on peut dire sur les prestations de Loeb sur cette épreuve. Je vais essayer d’avoir une analyse plus complète et ne pas faire de phrases toutes faites. Histoire d’être aussi crédible que toi. Et objectif…Voilà pourquoi Sébastien Loeb me semble exceptionnel : les statistiques ne sont que des chiffres mais en préambule, il faut quand même préciser que depuis ses débuts le 5 avril 97 au Florival et sa victoire de classe N1, le jeune Sébastien Loeb a affolé tous les compteurs. Dés sa seconde course, grâce à Mrs Heintz et Mammosser, ses mécènes, il participe au volant Peugeot dans lequel il effectuera 5 courses en 97. Sur 17 épreuves auxquelles a participé Sébastien en formule de promotion, il a été 14 fois leader de classe ! Au Val d’Agout 98, pour son 9ème rallye, Sébastien va battre tous les records de spéciales détenus par Sastre, il remporte le Trophée Saxo…et la course ! Ce n’est qu’un prélude…En 1999, le magazine Echappement décide de lui faire découvrir la terre lors d’une séance d’essai avec la Seat Cordoba WRC. En quelques tours, il réalise des temps identiques aux pilotes maison Rovanpera et Liatti… En 2000, après avoir continué son récital en France, sur asphalte et sur terre (notamment grâce à Jean Pierre Champeau) la FFSA permet à Sébastien et Daniel de participer au Tour de Corse au volant d’une Corolla Grifone. Intelligent et appliqué, Sébastien finit 9ème et réalise son meilleur chrono sous la pluie. Fort de cette expérience, l’opération est renouvelée au San Remo. S’il rétrograde d’un rang au final, il réussi des chronos très impressionnants notamment dans les 39 km de Langan où il domine les pilotes Ford, se place à seulement 0’’8 de la 206 WRC de Delecour et à 8’’ du scratch de Makinen. Ayant tapé dans l’œil de Guy Fréquelin, il termine sa saison lors du rallye du Var au volant de la Xsara Kit Car officielle. Il réussi le meilleur temps dés la première spéciale. Sous le déluge de Collobrières, Sébastien devance la Mégane de Serge Jordan de 19’’4 et remporte la victoire et l’admiration indéfectible de Guy Fréquelin. En ouverture d’une saison 2001 bien chargée sous les couleurs de la marque aux chevrons: championnat de France avec la Xsara Kit Car et championnat du monde junior au volant d’une Saxo S1600, ce sont les 22 km de Bif – Roquesteron qui attendent Sébastien. Chez Citroën, on a déjà une petite idée derrière la tête et on missionne Philippe Bugalski, Jesus Puras et Sébastien Loeb pour piloter les trois Saxo Kit Car. Mais pour l’alsacien, ça commence mal, il écope de 40’’ de pénalité avant le départ, connait des soucis avec une durite de frein et puis son gros numéro ( N°37) l’oblige à doubler 3 ou 4 voitures par spéciale…P’tit Bug s’envole. Dans les 3O km d’Entrevaux, tandis que Mc Rae enflamme la foule, Sébastien claque un 14ème temps scratch, laissant Bug’ à 53’’… Mais Philippe a encore 2’41’’ de marge. Sébastien pose ensuite 22’’ à son équipier…Il se rapproche à 1’30’’. Dans Sisteron, le plus jeune pilote Citroën devance de 3’’ un Bugalski à l’attaque puis dans Clumanc, alors que le funambule Schwarz loupe le scratch pour 2’’7 au volant de son Octavia, Séb et Daniel infligent encore 17’’ à l’auvergnat en 15km…et reviennent à 1’10’’de celui – ci. C’est le second passage à Sisteron qui va sceller la course, Sébastien fait l’erreur de ne pas opter pour les clous et encaisse 1 minute par Philippe Bugalski qui finira 14 au scratch et 1er des 2 roues motrices. Sébastien échoue à la seconde place. En se battant puis en dominant un pilote aussi rapide et expérimenté que Philippe, une vraie référence, alors qu’il découvrait du rallye, la prestation du jeune pilote Citroën sonne comme un avertissement. Et la voiture n’a pas une égratignure. Comme beaucoup, j’ai été subjugué par Sébastien lors du Monté Carlo 2002. Revenant à Monaco avec d’autres ambitions et trois Xsara WRC, la marque aux chevrons entame pourtant bien mal le rallye avec les abandons de Bugalski et du suédois Radstrom dés l’entame. Sébastien, quant à lui se place rapidement dans le top 5 avant d’aborder le condensé de difficultés de Sisteron… Plus qu’à son style de pilotage, ce qui impressionne chez Sébastien c’est une incroyable faculté d’adaptation. Il s’adapte à sa voiture, même imparfaite, même déréglée, même tordue…Et en tire la quintessence ! Il possède une vue exceptionnelle, il a un sens inné de l’équilibre et assimile les informations très rapidement. Ainsi, il intègre instantanément les notes de Daniel et réagit plus vite que n’importe qui aux changements de grips, aux variations du terrain, à ce qu’il voit, ressent…Un « sixième sens » à la Thérier… Je pense qu’il aurait gagné dans les années 60, 70 ou 80, au volant de propulsions comme de GrB. Son pilotage formé à l’école des tractions avants est efficace, précis, donnant la priorité à la motricité et à la perfection des trajectoires, en enroulant plus qu’en glissant, en calant bien sa voiture avant de lui faire prendre des appuis stupéfiants, en toute confiance. Il s’est aussi inspiré de Markko Martin et a initié une nouvelle façon de piloter. Il a imposé de nouvelles références, de nouvelles notes plus instinctives, plus imagées, plus parlantes. Il est déterminé, solide, sûr de son talent tout en restant humble. Et puis, contrairement à 99,9% des grands champions qui lui succédèrent, Sébastien a l’immense qualité, en rallye, de n’avoir aucun point faible. Et ça c’est unique. Sisteron donc : au partiel, on croit d’abord à une erreur, Mc Rae en furie encaisserai déjà 20’’ par Séb, le leader Makinen et Gronholm aussi…Sur les antennes de RMC, l’exploit est confirmé, l’Ascacien prend les commandes du rallye devant la Subaru de Makinen. Dans les 26 km de Puget, Séb et Daniel en remettent une louche, la 206 de Panizzi est à 17’’, Makinen à 31’’… Sébastien est inaccessible et remporte le rallye, le roi Makinen est déchu…avant de retrouver sa couronne suite à l’événement qu’on connait tous. Pour le finlandais, ce sera le dernier sacre. Pour nous, c’est la naissance d’un géant. 2003, Sébastien écrase le rallye et remporte officiellement son premier Monté Carlo devant ses équipiers Mc Rae et Sainz. Dans les 47 km de Plan de Vitrolles – Faye, qu’il découvre, il démoralise littéralement tous ses adversaires ! En 2004, Sébastien et Daniel surclassent tous leurs adversaires, à commencer par les Ford de Martin et du p’tit Duval et ils évoluent « sur une autre planète » principalement dans le brouillard et lorsque les conditions sont dantesques. Edition 2005, Sébastien Loeb a « tué » tous ses adversaires dés le premier chrono et remporte l’épreuve avec 3 min d’avance sur le survivant Gardemeister. 2006 : Echec au roi ! Sébastien commet une de ses très rares erreurs sur le Monté Carl’ et Gronholm impose sa Ford. L’alsacien a perdu 5 minutes et à coup de scratchs remonte 2ème à 1’01’’ . 2007 c’est le retour de l’Ardèche et ça ne change rien, Sébastien rejoint Rohrl et ses 4 victoires. Monté Carlo 2008, pour la 7ème fois consécutive, Loeb est intouchable. Il écœure ses adversaires de nuit et survole le rallye. 2012, après trois saisons en IRC, le Monté Carlo accueille à nouveau l’élite. Sébastien Ogier est le héros du rallye, il vise carrément le podium au volant d’une… Fabia S2000. Il réussi un 3ème temps dans Burzet, il est 4ème de la première étape avant de fauter…Les superlatifs manquent pour qualifier l’exploit. Si Loeb semble se « balader » et décroche un 6ème sacre, il sait désormais d’où va venir la menace. Rallye Monté Carlo 2013, et de sept pour Sébastien. Même si la menace Ogier et VW se précise, Sébastien Loeb, comme de coutume, fait briller son sens inné de l’improvisation. Reste en mémoire ce fantastique passage lors du second run dans Burzet – St Martial : grandiose ! Sur le verglas, le second encaisse plus d’une sec/km. Quand le maître frappe, ça pique ! 9 participations au volant d’une WRC, 9 fois à l’arrivée, 7 victoires, une seule erreur et deux secondes places…Statistiques affolantes et prodigieuses. Uniques. Que dire de plus ? Que 2013 devait être la der’ pour Séb et Daniel mais qu’ils ne résistèrent pas à la tentation de venir défier le nouveau roi, en 2015, lors d’un « One shot » avec la DS3 WRC. Le pilote Citroën relègue tout le monde à une sec/km dés le premier chrono et mènera durant 6 ES. Puis, dans le Champsaur, il fait une petite erreur. Deux erreurs en 11 participations, comment lui en vouloir ? Sébastien Loeb a écrit la plus belle épopée de l’histoire du Monté Carlo, les plus belles pages de sa légende. Le destin d’un homme et d’une épreuve qui resteront à tout jamais gravé dans le même marbre ! Voilà, au plaisir de te lire…

    • riri73 dit :

      Superbe à lire, comme d’hab. On pourrait y ajouter le San Remo 2001 où Loeb avait épaté tout le monde, au milieu de tous les cadors (avec un podium cocorico Panizzi/Loeb/Auriol).

    • bazire dit :

      Impressionnant ton témoignage et un vrai plaisir à lire , MERCI JEFF , c’est tellement juste … surtout sur la qualité de son pilotage et ses prises de notes pompées par tous les français et francophones ! ….avec un ex : les gauchis ….
      Pour l’avoir vu passer au Catalogne , là ou tous les autres passés un double droit en deux fois lui le passer une seule trajectoire avec une efficacité redoutable , fabuleux !………
      Ceux qui disent qu’ils n’est pas un grand champion n’ont rien compris au sport-auto…..Ou alors c’est des graves …….

      • Joebarf16 dit :

        Droiti et gauchi sont des inventions de DZRNICHE mon cher BAZ.
        Pour le reste rien à ajouter.

        • bazire dit :

          Salut joe , jures le !…..Je m’aurais gouré alors ?…..par Darniche t’es sûr ?….j’avais lu quelque part qu’ils avaient innovés avec Eléna une autre façon de lire les notes que Ogier à copié puis d’autres ….

          • Joebarf16 dit :

            Ils ont sans doute innové par ailleurs mais pour les « i » c’est bien DARNICHE, avant même l’époque Stratos.
            Je le jure sur la tête de sous moi-même !

    • Raphaël dit :

      Comme dit tonton, pauvre Jeff….

      • Fab dit :

        Ca s’appelle « être à cours d’arguments ça non? »

        😀 😀 😀

        Mais existe t-il des arguments lorsqu’on essaie de démonter « l’indémontrable », à savoir que Loeb n’était pas un très grand pilote?

        Les anti ont touché le fond et creusent encore.
        Bon courage! 🙂

        • Tonton dit :

          Pas du tout ! Mais c’est trop fort. Le mec tellement vénère, il en écrit 12 pages. Comme si les autres ne le savaient pas. Pathétique.!

          • GG dit :

            Dès que tu leur parle de Loeb, ils tournent la boule. Ils te traitent de pilote de canapé, ou que reste devant ta télé, ou que ne sait pas ce qu’est une assistance, ou je ne sais pas quelle autre connerie, sans te connaître. J’adore ces types !

          • Raphaël dit :

            C’EST LES MEILLEURS !!!

          • Anthony dit :

            GG je préfère lire des mec qui tourne la boule comme tu dis , que des mecs qui sont toujours en train de se plaindre et de raconter des conneries …..

          • Tonton dit :

            Avec anthony, voilà un nouveau « gilet jaune  » de la connerie. c’est vraiment les meilleurs comme tu dis !

          • Raphaël dit :

            Oui il fait partie des surdoués. Du best of ! Ils nous font bien rire quand même.
            Aller salut. ….

          • Anthony dit :

            Quelle jolie mentalité …. Bravo messieurs , heureusement que tous ne sont pas comme vous ici

    • bazire dit :

      Et je rajoute , pour moi l’exploit majeur en 2018 c’est le retour de Loeb avec une formidable victoire après 5 ans d’absence !…..
      Mais a quoi bon discuté avec des ignorants ……

    • GG dit :

      MDR ! Jeff vas dormir un peu c’est relou là.

    • Fab dit :

      Une vision un peu édulcorée par l’admiration mais des faits, beaucoup de faits qui montrent que Loeb est et a toujours été un extra terrestre du rallye, avec des capacités hors norme.

      Je pense que pour l’histoire de Loeb au Monte Carlo, on a du grain à moudre! 🙂
      En revanche, si tu nous lis Raphael, je veux bien que tu cites quelques noms concernant ce que tu dis ci-dessous, à savoir : « Et passer du rallye a d’autres diciplines, pour un bon pilote c’est souvent moins compliqué que l’inverse. D’autres l’ont deja prouvé bien avant lui. »
      Qui? Où? Quand? Comment?
      Parce que dit comme ça, c’est très insuffisant et c’est à peu près ce que tu reproches à Jeff avec ses soi disant « phrase toutes faites ».

    • Anthony dit :

      Le petit rappel de 2002 et la victoire de makinnen sur tapis vert montre bien que les mauvaises langues qui disent que Loeb n’a gagné que grâce au consignes ,on la mémoire courte …

    • RallyePlaisir dit :

      Merci Jeff. Quel plaisir de vous lire ! Quelle justesse !

    • Joebarf16 dit :

      J’ajoute : j’étais au bord de la route du Florival de ses débuts. Réflexion unanime des spectateurs présents lors de différents passages de LOEB (j’ai depuis oublié le numéro de sa voiture) : soit ce type est fou, soit c’est un génie.
      L’histoire a donné la bonne version.
      Cela ne remet pas en question ma profonde admiration pour son successeur, l’autre Séb.

    • cachon dit :

      Et au monté-carlo 2015, quand il part quatorzième sur la route avec un soit disant avantage, les premiers fesait un rallye asphalte alors que lui était plutôt sur un rallye boue ce qui ne lui a pas empêcher de faire des scratchs.

  7. Kaizer Sauzée dit :

    L’erreur, à mon avis, c’est d’avoir embarqué Daniel pour leur 1er Dakar ensemble. C’était sympa mais pas top vu le niveau que l’on attendait d’eux.
    Ils auraient du le découvrir chacun avec un pilote et un copilote expérimenté et ensuite mettre leurs expériences en commun.

    • Fab dit :

      Pour le meilleur et pour le pire comme on dit.
      Ça prouve aussi qu’ ils avaient envie de vivre cette histoire ensemble même si ca ne se concrétise jamais par une victoire.

  8. Tom dit :

    Enpauvre n’est plus là ?? Ouf… 😀

  9. Gtv6 dit :

    C’est vrai que beaucoup de grands rallymen ont connus d’autres diciplines avec succès. Maintenant pour ce Dakar, c’est peut être pas plus mal pour Loeb de ne pas faire équipe avec les  » cadors  » du désert, qui auront toujours , quoi qu’il arrive, plus d’expérience. Imaginons une contre performance de l’équipe Mini, ou des soucis mecanique affectants leurs autos, et l’alsacien pourrait en tirer les bénéfices. Mais il ne faut pas oublier les Toyota, non plus.
    Il nous reste plus qu’à suivre cette course exceptionnelle, et à profiter de ces belles images !

  10. Jeff Boulet dit :

    Je lis : faire un podium au Monté Carlo n’a rien d’exceptionnel car là tous les pilotes ont leur chance… Tout est dit! Oui c’est vrai que dans l’histoire, les Rohrl, Toivonen, Makinen, Auriol, Loeb et Ogier ont tous gagné le Monté Carlo grâce aux rebondissements et à la chance. Comme ces dernières années Ogier face à Meeke et Neuville quand ceux – ci partent à la faute… Juste des faits de courses. Ben oui. Pikes Peak, une manche de WTCC ou en World RX c’est vraiment à la portée de n’importe quel moniteur d’auto école. Tout le monde est d’accord avec ça. D’ailleurs, je me demande pourquoi Loeb n’a pas persévéré en gymnastique au lieu de se ridiculiser en rallyes… et dans d’autres disciplines. La FIA devrait retirer la licence de gars aussi mauvais et en attribuer à des pilotes, des vrais !

    • Raphaël dit :

      Je pense que tu devrais réviser un peu, concernant l’histoire du monté carlo, plutôt de sortir des phrases toutes faites. Tu seras plus crédible. Combien il y avait d’équipes d’usines au départ de pikes peak ? Si maintenant le fait de battre des marchands de bestiaux du Colorado, avec une structure officielle, est un exploit, ça devient triste. Et passer du rallye a d’autres diciplines, pour un bon pilote c’est souvent moins compliqué que l’inverse. D’autres l’ont deja prouvé bien avant lui.

    • Tonton dit :

      Qu’est ce que tu peux raconter comme c…… mon pauvre Jeff.

      • Anthony dit :

        Pourquoi raconte t il des conneries ? Loeb est un manche ? C’est marrant vos histoires , rabaisser tous les pilotes , certains c’est Loeb certains c’est ogier . Quand on regarde bien le palmarès hors norme des deux , pour moi c’est de la jalousie vos commentaires ….

  11. jeanlouis dit :

    La  »dakar » (même s’il a changé de continent ) reste une course particulière avec des tas de paramètres que l’on ne peut maîtriser qu’avec le temps et l’expérience. … avec l’aventure peugeot qui s’est terminée bien vite, il n’a pas vraiment eu le temps d’emmagasiner toutes ces petites choses qui font gagner cette course… remporter le dakar cette année en privé serait un ÉNORME exploit !

  12. Jeff Boulet dit :

    Je ne suis pas fan du Dakar mais je pense que Sébastien et Daniel ont un peu en travers de la gorge de ne pas avoir remporté cette épreuve. Séb a gagné partout. En rallye, en circuit, en World Rx, en course de côte… Ce que certains observateurs lambda ne comprennent pas, c’est qu’à chaque fois, il se confronte à l’élite de disciplines très spécifiques. Peterhansel a une expérience phénoménale et irremplaçable du Dakar. C’est très difficile et très pointu de se battre en circuit face à des Lopez, Muller ou Coronel qui font ça depuis leurs plus jeunes années. Le circuit est une science exacte, il n’y a pas d’improvisation. Il faut y maitriser 100% de tous les paramètres pour gagner. Ce n’est pas que du pilotage pur. D’avoir fait des pôles et gagné des courses face à ces références c’est juste incroyable. Imaginez que Lopez, Peterhansel ou Muller débarquent en WRC, il faudrait combien de temps avant qu’ils soient performants ?… Le seraient ils un jour ? Sarrazin, Ekstrom ou Dumas sont brillants et éclectiques mais Loeb est le seul pilote au monde qui ose vraiment défier les meilleurs spécialistes mondiaux dans des disciplines parfois aux antipodes du rallye… et s’y révéler très performant. Pour moi, c’est aussi parce qu’il est probablement le seul capable de relever des défis aussi fous. Comme le dit Romain Dumas dans Speed Magazine de décembre : « … les meilleurs pilotes du monde ne sont pas Prost, Schumacher ou Hamilton… les ( meilleurs) pilotes de rallye sont des cracks… ce qu’a fait Loeb en circuit, notamment l’année où il a roulé au Mans avec Pescarolo, c’était incroyable… Rares sont ceux capables d’aller vite dans toutes les disciplines… » Sébastien Ogier possède aussi, probablement, des capacités d’adaptation hors normes mais à ce jour, le pilote le plus polyvalent du monde c’est Loeb. Le plus complet. Dans les années 60, il y avait aussi des pilotes très polyvalents mais aujourd’hui, tout est plus professionnel, encadré, spécifique. Quand on demande à l’immense Henri Pescarolo quels sont les pilotes qui l’ont le plus marqué, il parle d’abord… de Loeb et des 24H du Mans 2005 ! D’emblée, avec le proto Pescarolo, Séb tournait comme Emmanuel Collard ( ex pilote de F1) en découvrant la piste. A 4H55 du mat’, Séb a roulé plus vite que les Audi, plus vite que tout le monde… il avait le rythme pour gagner à sa première tentative. Sans expérience, au feeling. Inouïe ! Comme si Hamilton débarquait en Finlande et faisait le scratch dans Ouninpohja… Donc oui, pour tout ça, j’espère que Sébastien et Daniel vont remporter le Dakar. Pour la légende. Ensuite, il y aura le Monté Carlo, avec une seule journée d’essai ( !) et là, s’il joue le podium, ça sera aux autres de se remettre en question. Vraiment !

    • Raphaël dit :

      Il n’à remporté aucun titre et aucune course majeur depuis la première de ces cinquante retraites du wrc, alors que d’après certains, il allait tout gagner !!!! Faire un podium au monté carlo, n’aura rien d’exceptionnel. C’est l’épreuve du championnat, ou il y à le plus de rebondissements, et où tout pilotes de pointe on leur chance. Alors encore du bla bla bla.

      • Pierre12 dit :

        Un peu de sérieux svp.
        Un podium de Loeb au MC cette année À LA RÉGULIÈRE est impossible.

      • Marcustheking dit :

        Dire que tout les pilotes de pointe on leur chance sur un monte carlo c’est mal connaitre le wrc.
        Sur les 17 dernières editions du monte(sauf entre 2009 2011 irc) seulement 4 pilotes se sont partagés les victoires dont 12 par nos deux seb nationnaux,les deux autres sont tommi Makinen et Marcus gronholm.

        • Marcustheking dit :

          @raphael,plus haut tu conseille a quelqu’un de reviser l’histoire du monte carlo et d’arrêter les phrases toutes faites et bien je te conseille de te les appliquer a toi même.Tu as le droit de pas blairer Loeb mais le rabaisser en permanence avec des arguments farfelus et des approximations on voit pas bien l’intérêt.Moi par exemple je peux pas m’encaisser François Delecour,c’est comme ça! Je sais pourtant que c’est un grand pilote qui a un palmares qui ne reflète pas la vrai hauteur de son talent. Ca s’appelle le respect d’autrui tout simplement.

    • jeanlouis dit :

      10000 %d’accord avec toi Jeff. .. qu’on l’aime ou pas, force est de constater qu’il est vite partout, que bons nombres de pilotes exelent dans une discipline et en reste là ! Rappellez vous raikkonen en wrc…. il a compté plus de sorties que de scratchs. ..seuls les obtus ne le voient pas !

    • rh74 dit :

      En dehors du débat sur les accomplissements de Loeb après sa carrière WRC, où je serais peut être un peu moins dithyrambique, je pense qu’il est plus facile d’aller du rallye vers le circuit que l’inverse.
      Il y a cet instinct propre aux pilotes de rallye qui s’acquiert à mon avis encore plus difficilement que les aptitudes en circuit. C’est d’ailleurs pour cela que le rallye m’intéresse autant. L’aléa se trouve à chaque virage que vous abordez!

    • bazire dit :

      Très bonne analyse jeff comme d’habitude et un conseil tu perds ton temps à répondre avec des mecs qui captent rien au sport-auto ….

    • Néo dit :

      On peut ajouter que, cette année là au Mans, il aurait gagné si son coequipier, Soheil Ayari je crois, n’avait pas endommagé le chassis au deuxième tour. Ils reprenaient plusieurs secondes au tour aux Audi quand ils ont du abandonner.

      • riri73 dit :

        Sympa d’évoquer Soheil sur RS ! Un grand pilote kart et circuit, toujours en activité, un gars très sympa, qui a porté haut les couleurs d’Aix les Bains en sport mécaniques, tout comme le motard Guy Bertin.

  13. jack 18 dit :

    Africa….

  14. Ben 07 dit :

    En marge de cet article sur SL au « Dakar » un petit mot pour préciser tout de même que le « Dakar » 2019, c’est devenu un aller/retour entre Lima et Tacna ,toujours au Pérou, avec les mêmes bivouacs au retour vers Lima qu’à l’aller. Mais l’inscription a encore augmenté ! 5.000 km en 10 jours (!!!) Et y’a même la formule rallye 2 maintenant pour revenir en deuxième semaine quand on a m..dé en première ! Bref, ça file tout droit vers la catégorie « Grobeauf’aventures » des catalogues de croisières…Je ne suis pas C’étaitmieuxavantiste du tout mais tout de même…

    • jack 18 dit :

      Il en faut pour tous les goûts.. Perso je vais suivre avec autant de plaisir le Dakar ainsi que le monte carlo… Comme je suis déjà l’africain eco race.. Comme je suis aussi le moto gp…. Mais bon je suis une espèce assez rare ici, tout ce qui a un moteur avec 2,3 4 voir 8 roues et qui participe à des compétitions me passionne et ce depuis les années 1970… Et quelque soit le niveau…

      • bazire dit :

        Tout a fait d’accord avec toi Ben , ça ressemble plus a rien avec ce parcours dans un gros tas de sable ou seuls les plus fortunés peuvent y participer …..On est loin de l’esprit de thierry Sabine …..

        • Joebarf16 dit :

          Yop mon Baz !
          Le Dakar ne ressemble plus à rien côté sportif, mais j’aime bien regarder les images…sans le son (sauf pour les motos), car les commentaires en général sont « taupes », c’est à dire au fond du trou.
          Mais bon en attendant le Monte Carlo ça fait un peu
          Sion ça va comme tu veux ?

          • bazire dit :

            T’as raison , les commentaires c’est du n’importe quoi …..mais comme tu dis il reste les images qui sont belles surtout la moto …..et le chti van je suis plus quoi va être son année avec la yam car l’an dernier pas de cul avec sa gamelle en direct a la téloche d’hélicoptère alors que la victoire lui était promise , j’avais les boules pour lui , peut-être cette fois-ci …. On en reparle ok ?…….