Dans le grand bain




Avec six représentants engagés, la France est clairement la nation forte du JWRC cette année. A 18 ans, Pierre-Louis Loubet (fils d’Yves Loubet champion d’Europe en 1989) sera l’un des jeunes tricolores à suivre cette saison.

>
Né à Bastia en février 1997, « Pilouis » de son surnom a rapidement côtoyé les circuits de karting, rêvant d’une carrière en monoplace jusqu’à la discipline reine, la Formule 1. En 2013, le pilote corse croise la route de Nicolas Lapierre (pilote Endurance Toyota) et roule en Formule Renault, peaufinant son pilotage notamment grâce à la télémétrie.

Le circuit demandant un budget énorme pour passer à l’échelon supérieur, le rallye apparaît alors comme l’option la plus plausible, mais Pierre-Louis devra patienter.

Attendant la majorité pour décrocher le fameux papier rose, il multiplie les essais au volant de 208 R2, C2 R2 Max et DS3 R3, parcourant près de 1000 kilomètres avec des équipes reconnues telles que Sainteloc, CHL Sport Auto et PH Sport.

Coaché par Nicolas Bernardi, le jeune pilote corse possède un objectif clair : « remporter le JWRC dans les trois années à venir ».

A la base, une participation en 208 Rally Cup avait été envisagé mais l’entourage de Pierre-Louis le dirige plutôt vers le JWRC où il apparaît plus simple de briller pour un jeune pilote. La formule de promotion Peugeot est en effet considérée comme « la coupe la plus disputée au monde ». Contrairement au championnat de France, les spéciales changent d’année en année en WRC et le manque d’expérience est moins préjudiciable.

Avec l’appellation « championnat du monde junior », le JWRC est préféré au Dmack Drive Trophy « moins vendeur pour les partenaires ».

Avant ce grand saut dans l’inconnu au Portugal, Pierre-Louis Loubet a disputé son premier rallye lors de la 65e édition du Lyon-Charbonnières en avril dernier. Accompagné par Victor Belotto ancien copilote de Vincent Dubert et Florian Bernardi, « Pilouis » a rapidement trouvé ses marques, clôturant son rallye à la 23e place finale, 2e des DS3 R3.

Victor décrit Pierre-Louis comme un pilote avec une « tête bien faite et très demandeur ». Pour Pierre-Louis, le professionnalisme de Victor l’a rapidement convaincu : « Le feeling est très bien passé d’entrée, Victor est quelqu’un de très intelligent. Je me suis senti détendu au volant et nous avons un caractère assez similaire. »

Entre deux manches du JWRC, Pierre-Louis n’oubliera pas son jeune âge et devra décrocher un premier trophée important : le BAC !





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. natlin dit :

    Je te le souhaite!

  2. Rallyman84 dit :

    Est-ce que j’aurai droit moi aussi à un article sur RS quand je vais débuté en rallye à la fin de l’année ? ^^

  3. MARTIN dit :

    Souhaitons a pierre Louis d’arriver au plus haut niveau.
    Son père faisait des passages de folie au volant entre autres de son Alfa GTV, sur qu’il a transmis les gênes du rallye a son fils !