Da Cunha : « Au-dessus du Rouergue »



Quatre ans après sa victoire historique au rallye du Rouergue, Jean-Michel Da Cunha vient d’ajouter un autre succès de prestige à son palmarès avec cette finale des rallyes de la Coupe de France à Albi.

Cité parmi les favoris au départ, le pilote aveyronnais s’est d’entrée placé à l’avant de la course, signant notamment un superbe samedi matin. Au plus fort de la bagarre dans l’après-midi, Jean-Michel a su arracher le moindre dixième pour faire la différence et arriver en vainqueur au dernier point stop.

Au lendemain de cette victoire, nous nous sommes entretenus avec Jean-Michel pour recueillir ses impressions.

Après le Rouergue, te voilà vainqueur de la finale de Coupe de France. Ta satisfaction doit être énorme.

« Vu le déroulement de la course, je place cette victoire au-dessus du Rouergue. Il a fallu résister et faire le dos rond le vendredi, puis être dans la bagarre tout le samedi pour se battre à coup de dixièmes, en maintenant un énorme niveau de pression dans chaque spéciale.

A l’arrivée, j’ai pensé à tous les gens qui m’encouragent, qui voulaient que je sois devant, et j’avais envie de leur dire merci tout simplement et qu’ils avaient raison. »

Quels ont été les échanges avec David Salanon à l’arrivée ?

« On s’apprécie beaucoup depuis qu’on se connaît, c’est à dire depuis le Rouergue 2008. Il m’a dit qu’il était très content pour nous, que l’on méritait cette victoire et que j’étais en osmose avec ma voiture. Il avait l’impression d’avoir attaqué davantage qu’en championnat de France parfois. »

Au départ, avais-tu cette ambition de gagner ?

« J’y ai toujours cru, mes potes derrière moi pensaient que c’était possible et donc moi aussi, c’est chez moi, c’était l’occasion. Après le Montagne Noire, j’ai vu le niveau des gars comme Salanon/Rouillard, j’ai vu ce que je pouvais faire le deuxième jour face à eux. Donc j’étais prêt à y aller à bloc pour au moins tenter de suivre David. Je ne connaissais pas trop les autres et je n’avais pas envie de regarder leurs résultats et m’éparpiller avec ça. »

Dans la dernière spéciale, tout aurait pu changer à cause d’une épingle mal négociée.

« En effet, je prends une épingle à l’envers en partant à 180°C, je perds 2-3 secondes je pense. Je me suis dit que c’était une bêtise qui coûterait chère mais je me suis reconcentré tout de suite, en me disant que chaque dixième allait compter. Sur les 5 derniers kilomètres, j’ai attaqué tout ce que je pouvais. »

Samedi matin dans l’ES3, tu signes un énorme temps, reléguant tes adversaires à plus de sept secondes. Comment tu expliques-ça ?

« J’avais une bonne prise de notes, j’étais bien calé, et le profil me correspondait bien. J’ai été un petit peu surpris des chronos à l’arrivée quand même, mon copilote avait conscience que c’était une très bonne spéciale. Au deuxième tour, on fait quasiment le même temps finalement, on a su être bon tout de suite. La voiture a été parfaite, on a durci la voiture entre le vendredi et le samedi, on a bien travaillé avec mon ingénieur Benoît Vidal et on a été au téléphone avec Yoann Bonato pour avoir quelques conseils. »

Tu roulais à domicile mais on rappelle que tu ne connaissais pas beaucoup de kilomètres de cette finale.

« Oui c’est ça. Au total, je connaissais 15km de cette finale avec les 9 de la spéciale de Montaigut, plus 6 km de différentes portions du samedi. Et Je n’avais jamais mis les pieds sur les spéciales du vendredi. »

Maintenant, que faire en 2020 ?

« J’aimerais sortir davantage de ma région, comme cette année avec Annonay et le Lozère. Il faut voir en fonction du budget et de l’agenda professionnel bien sûr. Le but est de continuer à se faire plaisir et pourquoi pas, de disputer de nouveau la finale la saison prochaine. »




S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
enriche
enriche
1 année il y a

Le seul pilote de renommée Nationale à s’imposer lors de cette confrontation Nationale, super Mec, super pilote, super représentant de sa ligue, et souhaite ambition réussite en CdF ( avec modération)…
Quant aux minables représentants Normands (OULHA pardon Mr FAGNEN), quel super pilote ce MEC…
Allez à la prochaine…

martini29
martini29
1 année il y a

On a assisté là à une magnifique finale, un scénario parfait, intense, insoutenable jusqu’à la fin, du Vrai rallye.
Ca fait d’autant plus PLAISIR de ne pas voir le « dégueuli » de commentaires puérils auxquels on a droit pendant les manches du wrc !!
Merci.