La sécurité au cœur des débats




La FIA, sous l’impulsion de son président Jean Todt, a organisé ce mercredi une réunion afin d’envisager de nouvelles mesures de sécurité, suite aux incidents tragiques qui ont touché la discipline ces dernières semaines.

ateurs et des véhicules, de réaliser des épreuves en dehors des principes de la FIA .

Introduire des mesures afin de renforcer l’impact des programmes d’éducation pour la sécurité des spectateurs avec l’aide des fédérations nationales.

Créer un groupe de travail d’experts de la FIA pour aider les fédérations nationales et les organisateurs de rallye à mettre en place des recommandations sur la sécurité.

FIA





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. nenew 30 dit :

    Que du bla bla, y aura toujours des risques quoi qu il en soit et que les spectateurs soient un peu plus responsable de eux même et sa ira mieux.

  2. VIALLE dit :

    Débat sur terrain glissant….
    Entre les zones dites « spectacle » que les organisateurs proposent c’est à dire des zones à 30m de la route où il y a rien à voir… Et les abus de pouvoir de certains « commissaires » je pense que la sécurité des spectateurs doit en effet passer par la case sensibilisation et diplomatie.
    J’ai souvenir d’un rallye de San Remo ou marko martin est sorti de la route devant moi en tirant droit dans une épingle en montée et avait fauché une demi douzaine de spectateurs dont 2 ou 3 assez gravement… Ces spectateurs étaient face à la voiture sur l’extérieur de l’épingle, les commissaires ne disaient rien…
    Et a contrario rallye du monte carl’ 2014 dans l’es 2 , je me gare dans une « zone de stationnements » balisée par l’organisation avec des sacs poubelles officiels du rallye. Une zone très sympa en contre bas de la route à environ 40m qui était en fait un champ de pommiers. Un spot superbe avec vue sur la route dans la vallée pendant plus de 2min ! La mauvaise surprise fut de se faire virer salement par des « cowboy » en jaune ! En nous indiquant une zone 1km plus bas… Zone bien sur inexistante ! Et à mon grand étonnement c’est de voir sur les caméras embarquées que la zone expulsée était à nouveau remplie au moment de la course !!!! Merci les commissaires pour ce doux réveil !

    Donc une formation sur la diplomatie pour les « jaunes » et surtout de la responsabilisation je pense que les commissaires qui permettent d’éviter des catastrophes ou d’éventuelles annulations de spéciales sont avant tout les spectateurs eux mêmes !
    Il revient à nous, tous de parler, dialoguer, sensibiliser, alerter, prévenir les autres, le rallye est une fête participons tous de manière responsable et évitons les mauvaises surprises.

  3. Spectator dit :

    Pour la Fia, Messieurs Todt et Cie, la FFSA, les médias, les politiques…l’insécurité en rallye, à chaque fois qu’elle est remise en cause, permet avant tout à en « remettre » une couche pour fragiliser un peu plus la discipline. Il n’y a pas de recettes miracles pour une sécurité sans failles des spectateurs, les zones de sécurités sont souvent placés ( par qui? ) n’importe où, des spectateurs se vont virer alors qu’ils sont 5 mètres en hauteur et d’autres sont couchés dans les fossés…Les circuits français sont sécurisés mais désertés… les courses de côte régionales meurent à petit feu…Le rallye est une discipline qui fait encore rêver et qui représente un interêt pour les constructeurs…, nous n’avons plus la liberté de « choisir » notre zone de spectacle, une zone en sécurité doit être toléré même si elle n’est pas « officielle », il faut faire preuve de logique et de discernement. Le rallye est un colosse aux pieds d’argile, la base vacille, les épreuves commencent à être désertées par les concurrents ( trop cher!) et par les spectateurs, les vrais, les passionnés ( dégoutés par la tournure actuelle!). Le problème est compliqué, pour les organisateurs en premier lieu! Que les instances dirigeantes fassent leur travail DANS L’INTERET DE TOUS et puis surtout : il faut que les gens se responsabilisent, et ça …!!!

  4. Jean-Marc BONNAY dit :

    Bonjour.
    Tout cela est très bien.
    Les mesures prises par la FFSA en la matière sont à saluer et pour avoir fréquenté d’autres épreuves WRC c’est loin d’être le cas partout !
    Je me demande seulement si les nouvelles règles techniques à venir en WRC (40cv de plus et plus d’aéro) sont de nature à améliorer la sécurité des équipages et du public ?
    ps: je trouve dommage que le communiqué FIA utilise le terme « driver » plutôt que « crews »…
    JM

  5. Denis dit :

    Gageons que M. TODT soit plus avisé cette fois qu’en terme de sécurité en F1…
    Si, toutes les conditions de sécurité avaient été réunies, en dépit d’un temps exécrable donc dangereux à Suzuka, la voiture de sécurité sortie, donc les monoplaces « au ralenti », Jules Bianchi serait peut-être encore en vie ?
    Mais, business is business, le show continue.
    Il faut dire que TODT Fils est ou plutôt était donc « manager » du jeune pilote disparu et il n’allait pas intenter un procès pour manquement (de sécurité) à son père. Affaire étouffée, pour ne pas dire close.
    Désolé de « remuer » ce passé mais, je suis convaincu que tout n’a pas été fait pour évite le drame.
    Que Jules repose en paix et que tel évènement ne se reproduise plus. Même si le sport auto reste dangereux et que les pilotes l’acceptent, ils peuvent espérer que les instances veillent à faire appliquer les règles élémentaires de sécurité.

    • tolo63 dit :

      je penses que la faute est imputable au directeur de course ,d une part et d autre en rallye la faute est aux spectateurs qui sont toujours en trajectoire,en course de cote on arrive a mieux gerer la securite je crois que l insecurite arrange la Fede pour emmener tout le monde en circuit; en reponse a Denis

    • tisario dit :

      La cause principale du dramatique dénouement de la sortie de piste de Bianchi, est dùe à la présence de chargeuses au lieu de grues pour dégager la monoplace qui était sortie juste avant.
      Mettre une masse de 10 tonnes, sur le bord de la piste, est criminel.
      Malheureusement nous ne saurons jamais la raison de ce mauvais choix, publicité pour Caterpillar ou offre moins onéreuse. En tout cas, il suffit de regarder les évacuations de F1, sur le circuit de Monaco, pour comprendre le problème.
      Quand j’ai vu que l’affaire était sur-médiatisée, j’ai de suite compris les responsabilités ne seraient pas recherchées.