Un jour spécial pour Latvala




Déjà vainqueur du rallye de France l’an passé en Alsace, Jari-Matti Latvala a remporté son premier Tour de Corse ce dimanche. A l’arrivée, le pilote finlandais est revenu sur la difficulté de ce rallye et sa performance.

Ce n’était pas la meilleure préparation donc j’avais plein de choses dans ma tête. Comment aborder ce rallye ? Quelle vitesse adopter ? Au final, j’ai décidé d’avoir un pilotage assez prudent. Nous n’étions pas nécessairement les plus rapides mais nous avons tout le temps contrôler notre pilotage.

Nous nous sommes améliorés petit à petit, j’ai commencé à avoir plus de confiance et la cinquième spéciale a été le véritable tournant. Nous avons attaqué un peu plus et on a commencé à combler l’écart. »

Devancé par Elfyn Evans jusqu’à samedi midi, le pilote VW souligne la prestation du pilote gallois :  » Elfyn a fait une très grande performance. Dans la troisième spéciale, il a vraiment réalisé un chrono rapide. Je me suis rendu compte que cela deviendrait une lutte serrée et il était encore très proche après la sixième spéciale. Je savais que dimanche matin, je devais être plus performant. Les conditions étaient assez délicates avec certains secteurs humides, des cordes et de la boue mais nous avons eu une bonne approche et j’ai eu un bon feeling. »

En s’imposant en Corse, Jari-Matti Latvala est devenu le deuxième pilote finlandais à s’imposer sur l’île de beauté : « Ca fait 31 ans que Marrku Alén et Ilkka Kivimäki ont réussi à gagner ce rallye. C’est très spécial parce-que les finlandais ne sont pas normalement les plus forts sur asphalte mais ce n’est pas impossible. Sur le podium, on retrouve aussi un pilote britannique et un pilote norvégien. Nous sommes tous des pilotes en provenance de nouveaux pays « asphalte »« .

En Finlande, le Tour de Corse restera à jamais une épreuve particulière depuis le décès d’Henri Toivonen en 1986. Jari-Matti Latvala n’a pas loupé l’occasion d’avoir une pensée pour son compatriote : « Je voudrais dédier ma victoire à mon idole Henri Toivonen. Voilà une autre raison qui rend cette journée spéciale pour moi.« 





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Go ! dit :

    Très émouvant, mais j’espère qu’il est conscient que si Ogier n’était pas tombé en panne 2 fois de suite en France, il n’aurait probablement pas gagné une seule fois…