Bonato : « Il va être temps de concrétiser »



Sur cette quatrième manche du championnat de France, Yoann Bonato a su se montrer encore une fois performant, mais sa C3 R5 l’a privé d’une belle bagarre pour la victoire. A l’arrivée, le pilote des 2 Alpes se console avec les points de la troisième place et reste parfaitement dans la course au titre.

Dans cette nouvelle chronique, Yoann résume son week-end en plusieurs phases, se tourne ensuite vers le rallye du Rouergue et évoque également son travail de développement avec la Peugeot 208 R2.

Forcément, le résultat final n’est pas celui que tu attendais. Au-delà de ton problème mécanique, es-tu satisfait de tes performances quand tout allait bien ?

« Avant notre souci le dimanche matin tout se passait bien, on était contents de la voiture, de notre performance, on était un peu devant, finalement c’était une situation relativement similaire à celle que l’on avait pu vivre à Antibes, il n’y avait pas d’alerte, tout allait parfaitement, Sébastien Loeb n’avait qu’à bien se tenir 😉

Au final, on n’obtient pas le résultat qu’on attendait c’est sûr, mais un résultat moins pire que celui qu’on imaginait quand les problèmes sont arrivés.

Finalement on a réussi à réparer et une fois rentrés à l’assistance l’équipe a pu régler le problème ce qui nous a permis de faire une dernière boucle pour remonter sur le podium du championnat de France. »

Sur la boucle finale du dimanche, tu peux encore accrocher le podium final, mais tu es trop juste, notamment dans la dernière spéciale (7e temps). Il s’est passé quelque chose de particulier pour expliquer ce chrono ?

« On a réussi à remonter sur le podium après avoir perdu quasiment une minute donc c’est plutôt bien. Pas sur William Wagner qui a vraiment fait une bonne dernière boucle. On a essayé de rouler correctement avant de se rendre compte que l’écart avec lui était trop important. On n’a pas voulu prendre de risque, le but était vraiment de rentrer et de récupérer les points de la troisième place qui nous tendait les bras. »

On parle souvent d’un rallye spécifique avec cette épreuve. Mais en fait, tous les rallyes du championnat sont spécifiques non ? Quelles sont les particularités de celui-là ?

« Oui c’est ce qui fait la richesse du Championnat de France des rallyes ; chaque rallye a sa spécificité et sa particularité ! Ici c’est globalement très rapide en forêt avec beaucoup de changements de grip, des virages très brefs, parfois des virages très longs. C’est un rallye au profil vraiment difficile mais les conditions de route également sont spécifiques avec une météo souvent instable et des cordes très grasses qui peuvent rendre les virages très glissants. »

Les conditions n’étaient pas régulières ce week-end, est-ce que cela a été un casse-tête pour les pneumatiques et le retaillage ?

« Le choix des pneumatiques n’a pas été difficile sur ce rallye mais il y a quand-même toujours un doute entre deux crans de gomme… Sur cette épreuve-là, en cas de doute les deux crans de gomme Michelin ont bien fonctionné. Comme c’est toujours un compromis le choix ne convient pas parfaitement pour la boucle entière. Au niveau du retaillage ça n’a pas été compliqué non plus dans la mesure où il n’y avait pas vraiment d’eau à évacuer. »

On revient un instant sur tes problèmes mécaniques de dimanche matin. Est-ce que la panne a été identifiée rapidement ? Comment éviter que cela se reproduise ? Est-ce un problème connu sur la C3 R5 ?

« Nous n’avons pas réussi à identifier la panne après la spéciale. On a changé les bobines, le faisceaux et finalement c’est en changeant les bougies qu’on a réussi à résoudre le problème. On n’avait pas beaucoup de temps entre les deux spéciales, on a fait ce qu’on a pu. L’objectif pour nous c’était de rentrer à l’assistance où on savait qu’ils arriveraient à solutionner le problème. En tous cas ce n’était pas un souci technique déjà rencontré sur la C3, plutôt le genre de problème qui arrive… Ce qui est sûr et à la fois bien dommage c’est que nous ne rencontrerons plus ce genre de mésaventure lorsque tout le monde se sera mis à l’électrique comme nous prenons tristement la direction. »

Au championnat, tu perds finalement « seulement » du terrain sur Yohan Rossel. Le week-end n’est pas si mauvais pour toi non ?

« Si on regarde le nombre de points de retard avec lequel on a démarré ce rallye et le retard qu’on a aujourd’hui, finalement on a réduit l’écart, pas sur la même personne, mais on a réduit l’écart… Donc ce n’est pas un mauvais weekend, mais c’est le deuxième rallye sur lequel on manque une victoire à notre portée, donc il va être temps de concrétiser maintenant. »

Direction le Rouergue maintenant où tu as toujours été très performant et où tu as déjà roulé à 9 reprises ! As-tu des souvenirs particuliers de cette épreuve ?

« Le Rouergue c’est vraiment un rallye qu’on apprécie, sur lequel on a débuté avec l’équipe Auriol Compétition à l’époque. On a des supers souvenirs, c’est ici qu’on a fait nos premiers podiums en formule de promo, nos premiers podiums scratch… C’est un rallye sur lequel on se sent bien mais où il faut tout de même s’appliquer parce qu’il fait partie des courses difficiles, notamment avec la météo qui fait souvent fondre le goudron. »

Avant les Vosges, tu as pu rouler avec la Peugeot 208 R2 en essais. Qu’est-ce que tu peux nous dire sur ton premier feeling avec cette voiture ? D’autres essais sont prévus prochainement ? 208 et/ou C3 ?

‘La nouvelle Peugeot 208 R2 est une voiture vraiment fantastique. On participe à son développement et je pense qu’elle va faire des ravages en R2 à sa sortie. Aujourd’hui il y a encore du travail mais la base est incroyable, c’est un moteur 3 cylindres turbo donc c’est un peu étonnant ; c’est quelque chose qu’on n’a pas l’habitude de voir en rallye. Nous avons tenté de le revivre ce we sur la C3 lorsque la bougie à fait des siennes, mais ce ne fut pas aussi glorieux que ce que sera sans aucun doute la nouvelle 208. Son efficacité est vraiment impressionnante pour une R2 et en châssis elle est très sympa à conduire, ça va être un vrai régal cette caisse ! Avec la C3, toutes les évolutions sont validées donc je ne connais pas le planning des prochains roulages mais en attendant, on continue le développement de la 208 avec de nouvelles séances d’essais prochainement.’

Une petite anecdote pour conclure …

« Y a une petite anecdote que j’aimerais ajouter avant de finir cette chronique ; rouler sur le Rallye Alsace Vosges quand Sébastien Loeb y participe, c’est toujours porteur de nouvelles expériences 😉 Ce weekend, j’ai pu faire le photographe ! Et oui, quand Sébastien Loeb est dans les parages et que quelqu’un te demande si tu veux bien « faire une photo »… c’est vraiment pour « faire la photo… de Sébastien Loeb avec les spectateurs », pas pour être pris en photo… et non 😉

Voilà pour la petite anecdote mais surtout je voudrais terminer avec un mot pour Quentin Gilbert qui nous a fait très peur. L’équipe se joint à moi pour lui souhaiter un bon rétablissement et un retour en grande forme au Rouergue cet été. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. stratos38170 dit :

    Quel dommage de ne pas le voir rouler en championnat du monde !
    Sera-t-il à l ‘ADDAC avec OTTSBERG ?

  2. Jean Marie Capon dit :

    Très bon pilote qui ne prend pas la grosse tête et toujours sympa ! Dommage qu’aucune usine ne lui ai fait confiance dans ses jeunes années, comme Rossel et Ciamin qui ont les dents longues et beaucoup de talent ! La nouvelle génération arrive et cela promet de belle s empoignades !

    • jacqouille dit :

      Oui Yohan BONATO est un gars bien, sympa et super pilote. Petit rappel, il a quand même été officiel CITROEN sur la C2 S1600, il y a une dizaine d’année! N’a t’il pas raté le coche à ce moment là? Si oui, pourquoi

      • tymy dit :

        la c2 s1600 ce n’était pas un cadeau…

        • jacqouille dit :

          Ah ouai…………………Beaucoup aurait aimé être à sa place. Souvenez vous des quelques prestations de Seb LOEB à son volant. Si c’est ça une mauvaise auto, moi comme………..cadeau, ça m’irait!!!!!!!!!!!

        • tymy dit :

          justement j’ai beau chercher, j’aimerai bien savoir quand Loeb a roulé en c2 s1600… (mis a part 1 ou 2 ouvertures)
          qui plus est, Bonato a roulé alors qu’elle venait juste de sortir, donc pas très fiable, j’ai souvenir d’une belle lutte avec Robert et Bouffier (mais aussi pas mal d’abandon mécanique)! il a certainement « raté » le coche a ce moment la, comme d’autres

          • Antho.rallye dit :

            Quelques sortie de route en 2004 et 2005 aussi malheureusement

          • jacqouille dit :

            Regarde le classement du Var 2008, les chronos de Loeb devant des kits cars 2 litres et quelques wrc.

  3. Toto dit :

    Le duel entre bonato et rossel va reprendre au rouergue

  4. sebenfer dit :

    L’interview d’un « mec bien ».

  5. Tom dit :

    Sa rajoute un peu de piment car sans quoi il est au dessus…

  6. rallyeman74 dit :

    j’annonce Bonato va remettre les pendules a l’heure au Rouergue (rallye qu’il adore)

  7. natlin dit :

    le rouergue va etre chaud, dans tous les sens du terme