Tänak : « J’aurais pu accepter d’être deuxième »



Tout en discrétion et retenue, comme à son habitude, Ott Tänak peut savourer sa cinquième victoire de la saison et la troisième consécutive en Allemagne, démontrant encore une fois, qu’il est redoutable et fiable sur tous les terrains.

En début de course, le pilote Toyota a tout de même été obligé de tout donner pour rivaliser avec Thierry Neuville, bien décidé à remettre en cause la supériorité actuelle de l’estonien. Et alors que la lutte devait atteindre son apogée, l’estonien a vu son adversaire crever, lui laissant alors un boulevard.

« C’était presque un week-end parfait. Mon but était d’éviter les erreurs ce week-end car la compétition était très serré avec Thierry depuis le début. Le vendredi, j’arrivais à le devancer dans quasiment chaque spéciale de quelques dixièmes. Samedi, c’était l’inverse, Thierry était très rapide et ça paraissait très compliqué. S’il avait continué sur ce même rythme, j’aurais pu accepter d’être deuxième. J’ai été à mes limites tout le temps, pour ne faire aucune erreur et on a réussi à faire ça et je suis évidemment content. »

En réalisant un premier triplé avec Toyota, Ott a conscience que tous les membres de son équipe seront en pleine confiance, de quoi leur permettre d’aborder au mieux ce sprint final.

« C’est important d’avoir ce genre de résultat pour l’équipe. Et aussi pour chaque membre de l’équipe, de garder cette motivation ensemble et d’aller de l’avant. Il y a peu de temps, on a eu des fins de rallye dramatiques, comme la Sardaigne. Ce genre de situation est toujours une source d’apprentissage pour un team, et maintenant, nous avions deux voitures sur le podium en Finlande, maintenant trois. « 

Epargné par les problèmes depuis le départ, Ott Tänak a tout de même connu une alerte ce dimanche, perdant de l’efficacité dans ses freins, souci le privant de points dans la Power Stage.

« Dans l’avant-dernière spéciale, j’ai perdu de la stabilité au freinage, et en fait, j’avais seulement un frein qui marchait à l’avant. On a essayé différentes choses sur la liaison, mais nous n’avons pas compris ce qu’il se passait. Je n’avais aucune chance d’attaquer vraiment avec cette voiture dans cet état. C’était important de ramener la voiture. »

Auteur d’une impressionnante et inattendue série de trois victoires la saison dernière avec le triplé Finlande/Allemagne/Turquie, est évidemment en course pour renouveler un tel exploit. Et sur la terre cassante de Turquie, le vainqueur ne sera pas forcément le pilote qui aligne les scratchs !

« Comme vous savez, la Turquie est clairement le rallye le plus difficile de la saison. L’an passé, il a aussi été le plus faible pour l’équipe en terme de performance même si on a gagné. Il faudra être intelligent. On a travaillé très dur et j’espère que le niveau de performances sera plus élevé. Cette épreuve demande une approche plus prudente, plus qu’ici par exemple. On va essayer de faire comme l’an passé sans sur-piloter. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jay dit :

    C’est vrai comme dit Sébastien, tout peut arriver en 4rallyes. Maintenant on voient certains signes qui ne trompent pas. Tanak ne fait que très peu de fautes cette année. En fait quasi aucune. La chance du champion a l’air de changer de camp… Pour ma part je dirais que tanak est un champion du monde. Il dégage une belle aura. Et paraît invincible cette année. Tout comme ogier et loeb avant lui

  2. jeff dit :

    Moi il me plait beaucoup un gars qui a l’air simple pas fanfaron le futur multiple champion si tout va bien.. Je pense qu’il a beaucoup appris au coté de seb ogier et quel coup de volant je l’ai vu sur les deux surfaces c un très vite moins en vrac et a la limite partout comme certains je dirais un mix des 2 seb avec le sisu des finlandais en plus..

  3. natlin dit :

    ce pilote merite le titre, 1 victoire sur 2 cette annee, c’est phenomenal vu la concurrence, le plus dur reste a faire, garder un point d’avance apres le dernier rallye

  4. roland59 dit :

    beaucoup de sérénité, de lucidité… et de respect pour Neuville…
    cela devrait gommer définitivement la petite polémique (inutile) sur « la victoire s’échappe » de l’ITW du belge…
    en tout cas, bravo à ces 2 géants du WRC, (et aux autres aussi) ils nous ont encore offert un sacré spectacle…

  5. bielle dit :

    tout est dit de denis je confirme tanak sacre pilote tout de meme chez ford et mnt chez toy nimporte quelle monture il est la se plaint jamais de la voiture comme certains francais je croit

  6. arun dit :

    Au final c’est vrai qu il aurait pu faire deuxième mais bon .
    Le titre pilote avant tout chez Toyota ?

    • Jean Dridéal dit :

      Meeke et Latvala n’ont plus à rouler à 110% pour faire des résultats, et ils ont l’air d’avoir compris que ce n’était pas possible d’aller chercher Tanak, donc ça devrait le faire pour le titre constructeur aussi.

    • pekadi dit :

      Sans leurs ennuis qui ne sont pas des fautes de pilotage, Neuville faisait 2e au pire, et Sordo 3e.
      Donc pour le titre constructeurs, la messe n’est pas dite du tout.
      Tanak va aborder des rallyes où ouvrir n’est quand même pas un cadeau, et Toyota va devoir se mettre en ordre d’aileron. Si les 30 % de surface en trop ne servaient à rien, pourquoi l’auraient-ils construit come cela ? On va voir ce que ça donne à l’avenir.

      • pleinair37 dit :

        L’aileron à été remis en conformité avant le rally d’Allemagne, faut suivre un peu… Et à mon avis les autres constructeurs vont demander à ce qu’ils remettent l’ancien…

  7. Sébastien dit :

    il reste 4 rallye tout peux arriver le champonnat et pas fini rendez vous en australie

  8. Denis dit :

    Bravo Tanak !
    Chez Toyota, parfois ça déraille, Mäkinen recadre, et ça rentre dans l’ordre.
    Et ça travaille !
    Pour un résultat en Finlande, l’Estonie a été très studieuse.
    Là, la surprise a été le niveau de la Hyundai qui de pataude est devenue véloce aux mains de Sordo et de Neuville.
    Plus que jamais, Ott a abordé la saison en « calculateur » pour être titré en 2019, à la manière de…
    Il le dit lui-même, une deuxième place aurait pu se profiler, bénéficiant d’une avance comptable, il peut se permettre de ne pas attaquer pour être obligatoirement 1er et, peut en garder sous le pied.
    On peut compter sur lui pour courir intelligemment en Turquie.
    Tanak attaque, toujours, mais plus à 110% désormais.