Une fin mouvementée (Béthunois)




L’arrivée de la pluie aura bien perturbé cette fin de rallye, provoquant de nombreuses sorties de route et notamment celles de Sebastian Ling 3e et Andrew Fenwick 2e à deux spéciales de la fin.

p>

L’arrivée de la pluie aura bien perturbé cette fin de rallye, provoquant de nombreuses sorties de route et notamment celles de Sebastian Ling 3e et Andrew Fenwick 2e à deux spéciales de la fin.

Parti en pneus slicks, Laurent Bayard a su gérer sa fin de rallye pour s’imposer une quatrième fois au Béthunois. Le pilote Toyota devance les Tanghe père et fils puis Yves Saint-Requier bien remonté dans cette dernière boucle.

Auteur d’une superbe fin de rallye, Loïc Hermant termine quatrième en remportant le groupe N alors que le groupe R revient finalement à Laurent Mordacq.

REACTIONS DES PILOTES

– Laurent Bayard (Toyota Corolla WRC, 1er) : « On avait une avance correcte. On a géré d’autant plus dans l’ES11, j’ai perdu mes essuie-glaces. Heureusement, j’ai une bonne connaissance des ES. On ne voyait pas la route. C’était de la survie ! »

– Claudie Tanghe (BMW Compact, 2e) : « Deuxième, c’est inespéré même si j’adore les conditions extrêmes même si ce n’était pas la meilleure chose de partir en slicks. Sur le sec, on serait resté 5e. Le Top 5 était le meilleur résultat espéré. »

– Arthur Tanghe (copilote) : « C’est génial. Si le temps reste sec, on n’est pas sur le podium. Partis en slicks, on y croyait encore moins sous la pluie. Papa m’a encore impressionné. »

– Yves Saint-Requier (Peugeot 207 S2000, 3e) : « C’est un truc de dingue avec une dernière boucle d’anthologie. J’ai un pincement au cœur pour Schulz qui méritait de figurer devant sur le podium. Dans la dernière ES, il était tellement à l’arrêt, je lui prends 2min sur 15 km. Si j’avais monté les maxi pluie, je suis certain que je pouvais gagner le rallye ! »

– Laurent Mordacq (Mitsubishi Evo 9, 7e) : « Pour un baptême du feu, c’est surprenant ! On a essayé de comprendre jusqu’où la voiture pouvait tenir la route. On a failli embrasser un poteau dès le départ de l’ES10. Il fallait beaucoup de concentration. Je suis surpris de voir mon classement. J’ai connu un problème électronique en début de rallye. Ma copilote a assuré du début à la fin. »

– Eric Meyer (Citroën DS3 R5, 10e) : « La dernière boucle était très compliqué. On ne voyait rien. Ca ne faisait que glisser. Je suis allé dans le fossé dans l’ES11. Il fallait que je termine. Les conditions étaient extrêmes avec des flaques partout. »

Classement ES12 / Après ES12


Classement en cours de chargement...





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *