S.Loeb : “C’était un choix difficile, mais qui s’imposait”



Une semaine après l’annonce de l’éviction de Daniel Elena aux côtés de Sébastien Loeb pour le prochain Dakar, le pilote alsacien a justifié son choix lors d’une longue interview.

Invité à réagir au micro de la DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace), le nonuple champion du monde des rallyes a bien précisé sa volonté de changer de copilote afin de découvrir autre chose et de travailler avec un vrai professionnel du rallye-raid.

“Prodrive a analysé dans le détail toute la technique, toute la mécanique, la logistique, la communication en interne, la gestion de l’assistance. Ils ont également analysé le pilotage, la navigation et il est ressorti dans tous ces points faibles, que la navigation était un de notre point faible avec beaucoup de temps perdu…

Concernant la navigation, on a fait pas mal d’erreurs. Il a fallu se remettre en question car la façon de travailler était différente avec les iPads. On a perdu un peu notre osmose que l’on pouvait avoir dans la voiture. On a eu pas mal d’incompréhensions en spéciale parce-que cela arrive très vite avec ce système. Cette nouvelle règle impose une capacité d’analyse immédiate sur le terrain avec une analyse et une lecture du road-book tout en réussissant à faire ça au rythme de course, donc parfois à 180 km/h.

Dans le passé, Daniel a beaucoup travaillé la veille des épreuves spéciales pour préparer son road-book, et bien plus que la moyenne des copilotes je pense. Je pense que c’est ce qui lui a permis de quasiment se hisser au niveau des meilleurs en navigation et d’anticiper les petites erreurs. Aujourd’hui, on tombe dans un système très pointu où les professionnels de la discipline sont capables de faire la différence et c’est un des points qui nous a manqué. Je pense qu’il faut un professionnel de la discipline pour pouvoir évoluer car tout est devenu très pointu.

C’était un choix difficile mais qui s’imposait. J’étais persuadé qu’il fallait que je passe par là. Par contre, le faire et l’annoncer, c’était quelque chose d’extrêmement difficile.

Malgré cette séparation pour le Dakar et plus globalement pour la discipline du rallye-raid, le pilote alsacien se dit prêt à retrouver son compère de toujours pour rouler sur des rallyes traditionnels.

“Le jour où on a envie de se faire plaisir à faire des rallyes en France avec la 306 comme on a déjà pu le faire, on le fera. Le jour où j’ai une proposition pour rerouler en WRC et que l’on a envie de faire une manche WRC, c’est probablement avec Daniel que j’aurais envie d’aller. Là, c’est juste une histoire d’une discipline avec le rallye-raid.

Outre ses deux principaux programmes sportifs en Extreme E et en rallye-raid cette saison, le français a bien l’intention de régaler les spectateurs français sur les routes de l’hexagone si la situation sanitaire le permet.

“Si la situation de COVID pouvait s’arranger et qu’on pourrait avoir une vision plus claire des calendriers de rallye du championnat de France, j’ai bien l’intention de rouler. 

Cela fait un moment que je n’ai pas eu le plaisir de monter dans une WRC, une R5 ou quoi que ce soit sur un rallye classique, cela me ferait bien plaisir de m’amuser un petit peu. J’espère bien quand même avoir l’occasion de faire un rallye ou deux en France.

=> Retrouvez l’interview au complet sur le site de la DNA




S’abonner
Notification pour
guest
85 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Maxi rallye
Maxi rallye
1 année il y a

Elena aurait mieux fait de contacter la direction de chez Prodrive pour s’expliquer et dire se qu’il pense de cette équipe, plutôt que de pleurer sur les réseaux sociaux ! Quelle époque de merde !!!

Ivo
Ivo
1 année il y a

c’est la dure loi du monde du travail, t’es salarié puis dégage ça arrive tout les jours chez les anonymes.
ça me saoule et je m’en cogne d’une force