Une ambulance en spéciale et à contre-sens à Pont-l’Evêque



Lors du rallye régional de Pont l’Evêque, disputé la semaine dernière, un fait de course peu banal mais très dangereux s’est produit avec l’intervention d’une ambulance à contre sens en pleine spéciale !

Voulant intervenir très rapidement sur un accident, l’ambulance du SMUR s’est élancée dans la spéciale en forçant le point stop alors qu’elle n’était pas encore neutralisée ! 

Dans sa « course folle », cette ambulance a croisé trois voitures lancées en pleine spéciale, dont celle d’Alain Halley qui est revenu sur ces incidents ce mardi. « Etant le principal intéressé de l’histoire, je vais conclure. il y a un seul responsable dans cette affaire et c’est le chauffeur de l’ambulance, lorsqu’il y a un accident sur l’autoroute il n’est pas envisageable d’envoyer les secours à contre sens à moins de prendre des contres mesures qui permettent d’arrêter les véhicules. La premieres règles des services de secours est d’éviter les sur-accidents, je suis franchement désolé si le rallye à empêcher une intervention rapide sur un cas critique à Saint Hymer mais il y a des règles à respecter lors des événements.

Une fois la surprise passée je me rends compte que nous aurions pu laisser notre vie alors que tout est fait pour notre sécurité dans l’organisation des rallyes automobiles. Cette personne mérite des sanctions et je pense que j’aurais du porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui. Maintenant je suis là pour écrire ces lignes alors tout va bien et rdv en 2019. »

Caméra embarquée d’Alain Halley





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Fab dit :

    Cet article me dérange dans le sens oú RS affirme un fait qui semble apparemment discutable. D’où l’importance de vérifier ses sources… Quoiqu’il en soit l’emploi du conditionnel aurait été beaucoup plus adapté et prudent car il permet de maintenir le doute sur les faits mentionnés.

    • jewel dit :

      Je n’ai rien à voir avec RS mais il y a au moins une vidéo qui atteste qu’à un moment donné c’était quand même particulièrement « chaud » .
      Alors si cette vidéo ainsi que cet article aide à faire réfléchir (et c’est certainement cela l’essentiel) sur
      les conséquences que cela engendrés quelques secondes plus tard et bien moi je le cautionne totalement .

      • Fab dit :

        Ai je dit le contraire? Je ne remets pas en cause le fond de l’article mais la forme de la phrase qui suit.

        « l’ambulance du SMUR s’est élancée dans la spéciale en forçant le point stop alors qu’elle n’était pas encore neutralisée !

        Ça ressemble fortement à une accusation et ça me dérange. Il semble d’ailleurs y avoir d’autres versions depuis.

        « l’ambulance du SMUR SE SERAIT élancée dans la spéciale en forçant le point stop alors qu’elle n’était pas encore neutralisée » Tu mets du conditionnel et tu vires le point d’exclamation, c’est plus la même info.

        Je félicité assez souvent le travail de RS pour me permettre de leur dire également quand certains éléments me dérangent. Après, ils en font ce qu’ils veulent.

        • jewel dit :

          D’accord quelques termes de cet article sont certainement inadéquat mais les faits sont tellement énorme de dangerosité et de stupidité qu’il est difficilement envisageable qu’un point stop n’aille pas tout fait pour arriver à ce genre de chose (je pense que RS à cette vision logique des choses) .
          Apparemment dans les faits , chose impensable , c’est bien les commissaires du point stop qui sont des inconscients .

  2. Hubert dit :

    J’étais au point stop. Les commissaires leur ont ouvert sans problème. y apas eu de forçage. Le problème ce sont les organisateurs qui ne savaient pas où se trouvaient les voitures engagées. La preuve c’est qu’à peine l’ambulance engagée que la voiture de halley est arrivée.

    • Fab dit :

      Ça s’est déjà vu. On annonce une spéciale stoppée au talkie en omettant de preciser qu’il y a encore 3 ou 4 voitures sur la speciale OU alors l’information est claire mais il y une mauvaise compréhension du côté de ceux qui reçoivent l’info.
      Bref, pas de casse et c’est bien là l’essentiel!

  3. Briwan dit :

    Franchement dommage….. Ce beau rallye et l’organisation ne mérite pas une telle pub ! Tout est mis en oeuvre pour que ce rallye soit une fête du sport auto! Vraiment dommage. ……

  4. Herve LARZET dit :

    je pense que si au point stop on lui aurai explique correctement il aurai attendu

  5. Communication hôpital de Lisieux dit :

    Une parole et un jugement de la part d’un pilote. Vision fragmentaire d’un ensemble. Nous avons une toute autre version de cette situation. Je signale que l’établissement de santé qui est le siège du SMUR n’a pas été contacté en amont par les organisateurs du Rallye.

    • Fab dit :

      Je comprends que vous souhaitiez vous defendre. Quelle est cette version?
      Une chose est sûre, il y a eu faute quelque part voire des 2 côtés.

      • Communication hôpital de Lisieux dit :

        Le 13 décembre en fin d’après-midi nous pourrons communiquer.

      • communication hôpital de Lisieux dit :

        Une réunion de retour d’expérience s’est tenue ce jour en sous-préfecture en présence des parties concernées.
        Il ressort que l’établissement de santé siège du SMUR n’a pas eu connaissance du tracé du rallye.
        Le passage du véhicule SMUR à contre sens s’est fait au point stop au pas après ouverture des rubalises.
        l’organisation de course s’est alors rendue compte du trouble et heureusement une personne 300m plus loin a indiqué au véhicule SMUR de se garer.
        A l’arrêt, le SMUR et son équipage a vu alors la voiture de course (celle qui filme).
        Toujours à l’arrêt l’équipage a vu aussi passer encore deux véhicules mais a vitesse réduite car ils étaient informés.
        Nous en concluons qu’il y a eu un événement indésirable grave dans l’encadrement et la gestion du point stop.

  6. Loic dit :

    En tant qu’ambulancier, je condamne évidement le comportement du conducteur qui aurait du attendre la neutralisation de la course mais je dois préciser qu’il s’agit d’un SMUR, et non d’une ambulance privée. (cela ne change rien au fond mais il faut préciser.)

  7. guerard alain dit :

    beaucoup a reflechir sur ce cas d ambulance a contre sens,,,,,,,,,qui est responsable,,,,,,,le chauffeur,le delegué point stop,le directeur de course,,,,,,,,,ca fait franchement peur

    • Exdirecteurdecourseécoeuré dit :

      Le directeur de course!
      Incapable de gérer ou faire gérer son meeting!
      Et le SMUR n’a pas à décider alors qu’il y a des voitures en spéciale!