Fracture du coccyx confirmée pour Daniel Elena



Sur un parcours au profil bien moins favorable que lors des deux dernières années, Sébastien Loeb s’était fixé comme objectif de passer le Pérou sans perdre trop de temps au classement général.

Parti sur un rythme prudent lors des quatre premières étapes, l’équipage Peugeot tenait son rang avant de passer son premier véritable test, ouvrir la route dans les dunes sans aucune trace des motos passées au préalable.

Dans cet exercice toujours délicat pour l’alsacien, la 3008 Maxi DKR #306 est rapidement parti à la faute dans les premiers kilomètres disputés ce mercredi. Après un bref ensablement, la Peugeot s’est finalement posée violemment dans un trou caché derrière une dune, afin d’éviter une voiture (qui l’avait dépassé) présente sur la trajectoire.

« Nous sommes arrivés sur une crête, il y avait déjà une voiture plantée au sommet. Le problème dans les montées, c’est qu’il nous est impossible de s’arrêter, il faut garder de l’élan. J’aperçois Nasser qui perd de la vitesse à mesure qu’il grimpe. Je décide de me décaler sur la droite, mais entre moi et le sommet de la crête il y avait un trou. Je ne l’ai jamais vu. Ça a tapé direct, on n’a pas eu le temps de le voir. Le choc a été assez violent. » constatait Sébastien Loeb au micro de France Télévisions.

Finalement reparti après plusieurs heures d’attente et l’aide d’un camion d’assistance, l’équipage devait se résoudre à jeter l’éponge suite à des douleurs violentes ressenties par le copilote.

« Les nouvelles sont bonnes et pas bonnes. Bonnes parce qu’au premier impact, j’avais le souffle coupé, j’avais mal au sternum. C’est surtout l’impact qui m’a coupé la respiration. » déclarait ensuite Daniel Elena.

Après une longue liaison pour rejoindre l’assistance puis l’hôpital, le diagnostic n’a pas tardé à tomber.

« Mais après quand le corps s’est refroidi et qu’on est remontés dans la voiture après 2h30, j’avais mal au niveau du coccyx, » analysait le copilote, « Ce n’est pas raisonnable de continuer une course comme le Dakar avec le coccyx fracturé. Quand je suis debout ou allongé, ça va, mais lorsque je suis assis j’ai mal. Seb sait que la douleur et moi ça fait deux. Là, c’était impossible de continuer. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


  1. Thomas dit :

    Bon rétablissement à Daniel Elena 🙁

  2. Le vieux qui sait dit :

    Ça fait mal au luc cette abandon…..

  3. albert dit :

    Allez seb bon courage a Daniel .et surtout venez gagner l’année prochaine avec une autre voiture.

  4. lolo68 dit :

    Bon rétablissement à Daniel, avec un petit peu de chance, on te verra au départ du « Monte Carl’ historique », sinon il y en aura d’autres !

  5. enriche dit :

    Pardon : D.E.

  6. enriche dit :

    Bon rétablissement à D.H. qui restera comme porteur du caddy de S.L. qui se reconvertit dans le golf…
    18/21 trous pour se « tanker »…

    • makkarinen dit :

      2éme édition , la troisième est sous presse !!!……..

    • chassin dit :

      stop les super king qui juge sl donner nous vos resultat en sport auto pour ma part je fini 5 a l’asa auvergne des course de cote saison 91 92 avec un proto 1300 devant les 2 litres c’est mon regrettée ami gerad bouche qui gagne total respect sl est a dh mais c’est vrai que vous avait tous 9 titre de champion du monde wrc bon je suis un vieux con

  7. Denis dit :

    Prompt rétablissement au courageux Elena !
    Il a cependant démontré une fois de plus, ses capacités à appréhender une navigation ardue.
    Jamais la victoire 2018 ne rendra plus hommage aux copilotes.