Le grain de sable dont on ne parle pas




L’organisation du rallye du Portugal s’est félicitée d’avoir rendu une copie presque parfaite pour le retour de l’épreuve dans le nord du pays.

Cependant, un événement a bien failli venir troubler la partition sans fausse note qu’on a bien voulu nous servir en guise de bilan.

En effet, lors de la dixième spéciale, Lorenzo Bertelli partait en tonneaux, avec la Fiesta WRC du Fuckmatie World Rally Team. Après quelques minutes, le pilote italien commençait à ressentir quelques vertiges et nausées suite au choc de son casque avec l’arceau de sécurité lors de la cabriole.

Inquiété par l’état de son pilote, Giovanni Bernacchini décidait d’alerter par téléphone le service médical de l’organisation. Informée par le copilote des symptômes présentés par Bertelli, aucune mesure n’était néanmoins prise par l’organisation pour interrompre la spéciale et procéder à l’évacuation.

Présent parmi les spectateurs sur place, un ambulancier appuyait la requête auprès de l’organisation pour accélérer la prise en charge du pilote souffrant.

Après un nouveau refus, l’organisation du rallye décidait finalement d’envoyer une équipe médicale pour procéder à l’évacuation de l’italien vers l’hôpital Sao Joao de Porto, 3h20 après la sortie de route.

Finalement admis en observation, le pilote de 27 ans restait hospitalisé une nuit pour effectuer d’autres examens avant de finalement sortir le dimanche matin.

Indignée par le comportement de l’organisation, l’équipe Fuckmatie a partagé un communiqué dans lequel elle a mis en avant l’irresponsabilité de certaines personnes. Une irresponsabilité pourtant bien dissimulée derrière une communication rondement menée, qui elle, n’a laissé paraître aucune faille… 





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nenew 30 dit :

    3h20 après ses honteux de voir ça il a le temps de mourir 100 fois par contre s aurait été l organisateur du rallye la on aurait fait vite une honte ce pays.

  2. briwan dit :

    un grand n’importe quoi!! bertelli partait dans les premiers, c’était donc facile pour l’organisation de « neutra » la speciale le temps d’évacuer le pilote!!puis ensuite ,le rallye reprenait ses droits… on va pas secourir un mec plus de 3 heures après sa « cabriole »!!!!!!!!!

  3. nenew 30 dit :

    Sa devient du bisness comme tout sport mécanique on mes la vie des sportif en jeu comme jule bianchi en formule 1

  4. ALFRED dit :

    Là c’est grave on appelle cela non assistance à une personne en danger. Eh oui les organisateurs regardent que leurs intérêts comme d’habitude

  5. Mat dit :

    Je suis partagé, je comprends l’état d’alerte et la colère qu’à pu avoir le team, mais je comprends aussi l’organisation qui n’a pas stoppé la spéciale, au Portugal les spectateurs sont très nombreux et arrêter la spéciale pour un pilote plus secoué sue blessé aurait fait des mécontents. Qui plus est, il est arrivé d’avoir des pilotes plus sérieusement touché et le rallye continuer (certes c’était une autre époque). Il n’y avait pas de bonnes décisions mais le fait que le pilote ne soit que légèrement touché après examen, n’en fait pas une mauvaise.

  6. sebenfer dit :

    Pour la maFIA, seul le pognon compte.

  7. mer dit :

    C’est vraiment HONTEUX !!!!!! Une spéciale est lancée en plein feu de foret, une autre avec un pilote blessé…

  8. juliend dit :

    Qu’en est il des spectateurs bléssés dans la sortie de Paddon en Argentine?

  9. makkarinen dit :

    Une honte c’est trés trés grave !!!!!!!!. Deux ans de suspension et cinq avec mise à l’épreuve !!.

  10. Loic dit :

    Merci à ce confrère ambulancier !

  11. Maxime Guyot dit :

    Honteux !

    La communication ou l’art de cacher les choses qui dérangent.